mercredi 12 août 2009

Les Îles de la Madeleine: un paradis pour les coeliaques


Ça faisait longtemps que je voulais passer mes vacances aux Îles de la Madeleine. Plusieurs de mes amis y sont allés et ils sont revenus enchantés de leur voyage. En vacances, nous demeurons toujours dans une résidence louée, ainsi je peux cuisiner et manger sans m’inquiéter d’être contaminée par du gluten. Avant de partir aux Iles, j’ai cherché dans le Web pour un logement pas trop loin de l’aéroport, à proximité de tout et je l’ai trouvé dans ce site touristique sur les ÎlesJ’ai loué ce magnifique appartement avec vue sur mer, à Bassin à l'Île du Havre Aubert. Je savais que je serais impressionnée par la beauté des Îles. Je ne savais pas que je les trouverais aussi belles et que je tomberais en amour avec les paysages et les habitants. La beauté des plages est à couper le souffle et les Madelinots sont d’une gentillesse exemplaire.  

Selon la municipalité, il y aurait 14 232 résidants aux Îles de la Madeleine. La superficie totale (superficie terrestre reconnue) est de 202 km carrés. Avec une population de cette taille,  je ne m’attendais pas à trouver autant de nourriture sans gluten à l'épicerie. J’ai été étonnée d'y trouver trois étagères complètes d’aliments sans gluten. Non seulement la sélection de produits sans gluten de la COOP L’Éveil (située au 615, chemin Les Caps à Fatima, sur l'Île du Cap aux Meules), était incroyable, mais les prix des produits étaient bien moins chers qu’à Montréal. J’étais au paradis du sans gluten et il faisait soleil. Mes vacances s’annonçaient bien.



Les Îles de la Madeleine sont reconnues non seulement pour leurs splendides plages, mais aussi pour leur gastronomie, incluant les poissons et les fruits de mer. Nous en avons mangés presque à tous les jours et je n’ai pas été étonnée de constater que La Poissonnière, la poissonnerie où on allait s'approvisionner, vend ses produits à tous les bons restaurants du coin, tellement les poissons qu’on y achète sont frais. Même mon amoureux qui est originaire de la Gaspésie m’a avoué du bout des lèvres qu’il n’avait jamais mangé de la morue aussi fraîche et délicieuse de sa vie.

J‘ai cuisiné presque à tous les jours. Je me suis permise une journée de repos afin d’aller au
Bistro du bout du monde. Nicole, ma collègue de bureau qui revenait d’un voyage aux Iles m'a chaudement recommandé ce restaurant. Avant de faire mes réservations pour le souper, je suis allée rencontrer les propriétaires afin de m’assurer que je pouvais y manger sans peur et sans gluten. J'y ai mangé un repas digne d'une reine.

Quand je suis finalement revenue à la maison (nous sommes restés 2 jours de plus, car aucun avion ne pouvait atterrir ou partir à cause de la brume trop épaisse …) je n’ai cessé de regarder mes photos de voyage. J'espère retourner un jour en vacances aux Îles de la Madeleine. J’ai trop aimé les gens, les paysages et la nourriture pour ne pas y retourner. Mais j'ai surtout été frappée par le sentiment de paix qui m’a envahie après seulement une journée à respirer l’air salin et qui est resté longtemps après mon retour à la maison. Pour moi, c’est ça le bonheur sans gluten.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire